Expositions incomming

dimanche 1 novembre 2009

Samia Jadda : On ne badine pas avec l’amour

Samia Jadda, comédienne talentueuse, qui se donne avec passion à son métier, tient le rôle de Camille dans la pièce d’Alfred de Musset, "On ne badine pas avec l’amour" au théâtre des Artisans dont le directeur est Boris van Overtveldt. Arabian People & Maghrebian a rencontré Samia Jadda au 3e festival international de la poésie - prestation sur laquelle nous reviendrons très prochainement-, où la jeune femme a révélé une autre corde à son arc : une poésie somptueuse, aux envolées dramatiques et passionnelles, véritable joueuse de la passion amoureuse et de l’émotion que sa personnalité ne peut cacher, tant sont-elles à fleur de peau.

Voici que nous la retrouvons dans son milieu "naturel" : la scène théâtrale. Car, il faut le rappeler, la jeune actrice et comédienne nous vient du cours Viriot. Mais c’est en 1996 qu’elle fait son entrée dans le cinéma avec "Il était une fois Donyazad" de l’algérien Merzak Allouache.


Le Théâtre des Artisans qui vient d’installer ses spots et sa scène récemment, accueille le
s jeunes compagnies théâtrales. L’ouverture officielle de ce tout nouveau lieu du spectacle se fait avec deux événements. "Les soirées d’inauguration" proposent une promenade côté jardin du théâtre et une rencontre avec l’équipe du théâtre et les comédiens de la pièce d’Alfred de Musset, mise en scène par Boris van Overtveldt (photo à gauche). Celui-ci inaugure avec une approche moderne qui remet au goût du jour un jeu vieux comme le monde, le "badinage" amoureux de deux jeunes gens qui refusent de se plier aux contingences de l’amour. Le tout avec un mélange de gravité et de fougueuse jeunesse, étonnantes chez un Alfred de Musset âgé de 22 ans lors de la rédaction de la pièce. Et combien la fougue de Samia Jadda revitalise le personnage de Camille, jeune femme passionnée certes mais qui joue à la fois de provocation et d’amertume sur la question amoureuse qui déroute chez un personnage aussi jeune … tout comme Perdican, l’autre protagoniste de la pièce, le miroir au masculin de Camille mais auquel Romain Méry (vu dans " Dormez, je le veux " de Feydeau, sur une mise en scène de Boris van Overtveldt) apporte une dimension touchante, toute en retenue. 

Tour à tour, réparties calmes telles un lac endormi doucement, presque dans un murmure, et ardeurs vite réprimées chez la belle Camille qui projette d'entrer au couvent...
Arabian People & Maghrebian World a eu la primeur en assistant à une répétition ce mercredi dernier. Le charme s’est opéré dès les premiers mots de Samia Jadda et Romain Méry dans la scène V que Boris van Overtveld a su mener tout en douceur vers un jeu de précision dans la gestuelle, l’émotion, les regards et le silence. Celui-ci imprime fortement les émotions cachées dans les phrases des plus anodines : "Quel âge as-tu, Camille ?" - "J'ai dix-huit ans", répond-elle. Le silence est jeu scénique mais aussi coloration. Ainsi, l'on redécouvre un Alfred de Musset avec cette profondeur redessinée, que Samia Jadda fait flamboyer par le frémissement du corps ... 

La distribution est dynamique car, outre Samia Jadda et Romain Méry, on compte de jeunes comédiens comme Julien Avril, auteur aussi de deux spectacles dont Un Grenier en automne (en 2006 à l'Aktéon Théâtre) ; Simon Gourfink, comédien et metteur en scène de la même pièce de Musset mais, cette fois, au théâtre Darius Milhaud ; Elisa Ponchelet qui s’est produite dans le spectacle " Comment va le monde en un lieu x et un temps z ? " de Jacques Jouet ; Loïc Vidal que l’on a vu dans un film de la série télévisée française "Julie Lescaut " et Etienne Bodi, jeune comédien et réalisateur de deux courts métrages (2004 et 2009), en collaboration avec l’association Salaud Morisset Productions : " Canine " et "Le nerf de la guerre ". 


La première a lieu le 10 novembre 2009, à 20h30. Dépêchez-vous car il ne reste que dix places !
Réservation : 
. Tél. : 01 42 49 83 96
. Internet : http://www.theatre-des-artisans.com/ 
. Sur place : 14, rue de Thionville – 75019 Paris – Métro Station Ourq, sortie côté rue des Ardennes (30 minutes avant le début de la pièce).

Aucun commentaire:

popstrap.com cookieassistant.com