Expositions incomming

mercredi 18 août 2010

Voyage en Algérie : rencontre impromptue avec Hayat-Eddine Khaldi

Hayat-Eddine Khaldi (gauche) et Souad Medja (droite). 


Nous sommes en fin de matinée. Sur les ondes de la station radio algérienne de langue française – la Chaîne 3 – l’émission « Point par point » est lancée par une voix vive, enjouée. Celle de la jeune animatrice Hayat-Eddine Khaldi (à gauche de la photo ci-contre). C’est à cette émission qu’elle invitera l’une de nos rédactrices, première étape du Spécial « Voyage en Algérie » que nous avons présenté en juillet dernier. L'émission est, depuis, remplacée par un autre programme...
Hayat-Eddine Khaldi est une jeune femme vive, aux cheveux noirs et aux yeux sombres brillants, pétillants de joie de vivre et de gentille malice. Elle n’est pas sortie tout droit d’une école de journalisme mais de la sérieuse Ecole nationale d’Agronomie d’Alger avec, en poche, un diplôme et une spécialité en foresterie et protection de la nature.

C’est pourtant dans l’animation radiophonique qu’elle commence avec des émissions sur l’environnement et, depuis, Hayat-Eddine Khaldi continue de faire carrière. Un parcours tonifié par sa personnalité dynamique et son incroyable contact avec des auditeurs qui, il faut bien le dire, téléphonent aux émissions qu’elle animera l’une après l’autre, plus pour échanger avec elle quelques mots que de se frotter aux questions des jeux qu’elle présente depuis six ans.

L’émission « Point par point », dont la conception et la production est de Mouloud Maatoub et réalisée par Souad Medja (à droite de la photo ci-dessus), ne durera qu’une année, tous les jours de la semaine. Une programmation qui reliait les citoyens algériens, sur la route, à leur travail ou à la maison, créant un monde « parallèle » qui donnait envie d’ouvrir ses dictionnaires pour apporter des réponses aux questions malicieuses de l’animatrice ... Bien sûr, elle ne se cantonnera pas à cela puisqu’elle présentera une grande émission, animée et réalisée par Yazid Aït Hamadouche qui n’est autre que l’animateur-réalisateur d’une autre émission consacrée à l’univers télévisuel et aux « accros » du petit écran. Elle surenchérit avec « Awtar », émission télévisée consacrée à la musique algérienne sur Canal Algérie, au cours de laquelle elle recevra des grands noms de la variété algérienne comme Saloua (dite Madame), Nadia Benyoucef, Khaled, Mohamed Lamine ou Biyouna.
Hayat-Eddine Khaldi sera l’invitée de l’émission musicale « Va y avoir du son » où chaque invité propose une « play » personnelle basée sur un choix de trois chansons qui se rattachent à des souvenirs personnels. Cette émission, animée par Amel Feddi et Hakim Cheniti, connaît un grand succès auprès des jeunes algériens. Ce parcours étonnant d’une jeune femme qui se destinait à la forêt et à l’environnement, ne l’est pas tant que cela parce que, dans son milieu proche, l'esprit d'ouverture préexiste car, il faut le préciser, elle n'est autre que la nièce, du côté maternel, de l’historien Amar Belkhodja, lequel citera respectivement l'animatrice et sa mère (qui lui apportera son aide dans sa recherche d'informations sur le poète Himoud Brahimi dit Momo dans son livre consacré au chantre de la Casbah (vieille ville) d’Alger et disparu en 1997. De cette esprit d'ouverture sur le monde, on peut dire que le fruit ne tombe jamais loin de l’arbre.
Arabian People & Maghrebian World tient à remercier Hayat-Eddine Khaldi pour avoir bien voulu répondre à toutes ses questions.

Aucun commentaire:

popstrap.com cookieassistant.com