Expositions incomming

samedi 25 septembre 2010

Talal Hammad : "Que faire si je n'étais pas né à Jérusalem ?"


Par Monia Boulila


L’écrivain palestinien Talal Hammad, homme à plusieurs facettes, est romancier, poète et nouvelliste mais aussi un homme de théâtre. Né à El-Qods en 1951, il fait ses études primaires et secondaires en Palestine, Talal Hammad entame ensuite des études supérieures en sciences sociales à la faculté de Beït Lahm, études qu’il délaisse pour faire des études en droit à l’Université de Montpellier en France (1980-1983). Ses activités artistiques et littéraires sont diverses et c’est à un jeune âge (dès 1972) qu’il les commence par la traduction et la publication de textes traduits de l’hébreux et du français dans différents journaux, revues et sites sur le web. De même, dès la création de l’activité théâtrale, en Palestine occupée (après 1967), il s’engage dans l’écriture des textes et comme acteur en interprétant certains rôles. De 1990 à 1994, Talal Hammad occupe le poste de secrétaire général du Centre palestinien (à l’Institut international de l’UNESCO). Dans la foulée, il devient membre-fondateur du comité de l’Institut international du Théâtre méditerranéen (membre du comité de 1991 à 1993). Participant à plusieurs manifestations culturelles et artistiques (9e festival du Printemps de Sbeïtla, ...), il a contribué à l’organisation du Festival international du théâtre (Matar…).

Tout à ses activités d’homme de l’écriture et de théâtre, Talal Hammad n’en a, pour autant, oublié son peuple et en tant que résistant palestinien, il fait l’objet de plusieurs procès et détentions pendant deux ans (de 1974 à 1976). Il se verra interdire aussi de se rendre à Beït Lehem par le gouverneur militaire. Toute sa poésie est un véritable réceptacle de la terre qu’il ne désavoue jamais, tout comme ses pairs de la littérature palestinienne ; la Palestine est cette pierre sur laquelle il écrit des mots faits de son souffle profond et qui se révèlent dans leur bouleversant questionnement :
« Que faire si je n'étais pas né à Jérusalem ?
Que dois-je faire si je n'étais Palestinien ?
؟À l'origine ? »

Talal Hammad fait partie de cette grande saga familiale de la poésie palestinienne : il n’oublie pas qui il est. Et l’on n’oublie pas qui fait l’objet de son chant très ancré dans le politique mais, aussi, dans la veine poétique ... la terre palestinienne.

■ Publications
- « Témoignages sur la porte d’El-Qods », recueil de nouvelles (Tunis, 1985),
- « Pluie sur la fenêtre », recueil de nouvelles (Syrie, 1990),
- « Mort suspecte et d’autres… », recueil de nouvelles (Syrie, 1993),
- « Visages et masques », roman (Jordanie, 2009).

■ Ouvrages à paraitre
- « Rosée sur la fleur de mon âme », recueil de poèmes,
- « Grand vent à l’extérieur », roman.

■ Pause poétique avec Talal Hammad

Seul sans ma mère !!!
Je me suis perdu à « El Qods »
Et je ne me suis pas retrouvé à Ariha
Je me suis cherché à Amman
Et à Tunis, on m’a demandé si je serais mort
Je suis revenu à moi-même
Pour constater que la mort vilaine
 M’a rendu orphelin
Et que je suis
Devenu solitaire
Partout dans tout le pays
Sans ma mère
Qui me protègerait de moi-même
Si je mourrais Loin…
De mon exil originel.
!!!و حيد بدون أمي
أضعتني في القدس
 ولم أجدني في أريحا
 وفي عمّان بحثتُ عنّي
 فسئلْتُ في تونس إن كنتُ قد متُّ
 فعدْتُ إليّ
 لأرى أنّ الموت اللئيم
 قد يتّمني
 وأننّي
 أصبحتُ وحيداً
 في كلّ البلاد
 بدون أمّي
 فمن يحمني منّي
 إذا ما متّ بعيداً
 عن منفاي الأصل؟
popstrap.com cookieassistant.com