Expositions incomming

mardi 17 janvier 2012

Identités vues au pluriel : 4eme Rencontre euro-algérienne des écrivains à Alger

C'est dans le beau site d'inspiration ottomane de l'Hôtel El-Djazaïr d'Alger que la 4eme Rencontre euro-algérienne des écrivains se tiendra, du 25 au 26 janvier 2012, en présence de Mme Laura Baeza, Ambassadrice, Chef de Délégation de l'Union européenne en Algérie.


Organisée par la Délégation de l'Union européenne avec le concours des services culturels de ses Etats membres, cette nouvelle édition qui abordera "Les identités plurielles" en thème central, réunit plusieurs noms du monde littéraire européen et algérien.

dimanche 15 janvier 2012

Musique au coeur : El-Gusto, un documentaire de Safinez Bousbia


Cinquante ans après l’indépendance algérienne qui est célébrée depuis novembre dernier, un documentaire né de l’imaginaire de Safinez Bousbia partie à la recherche de personnages de l’antique Casbah, nous dit les sonorités rauques de la gouaille de gamins devenus grands, unis par le même amour et par la même passion sous le titre d'El Gusto : la musique Chaabi et la vieille cité algéroise ... « un orchestre de musiciens juifs et musulmans, séparés par l’Histoire, se réunit sur scène pour un concert mythique. Ensemble, ils partagent, à nouveau, cette passion qui ne les a jamais quitté, celle de la musique Chaabi. Ce « Blues de la Casbah », popularisé dans les années 30 (on parlait de Medh à cette époque) est la musique populaire algéroise par excellence, celle de la rue, celle des cafés et des fumeries »...

Au fil des notes égrenées, avec cet accent en « ts » unique qui vous désigne immédiatement l’enfant des ruelles de cette envoûtante parure qu'est la Casbah endormie dans ses décombres de souvenirs mais toujours vivaces, nous entrons dans un univers dans lequel tout se partage : l’amour divin, l’amour profane sous ses traits pudiques, la raillerie de ces enfants terribles à qui on ne la fait pas. El Hadj Mrizek (ô combien sa voix pénètre votre cœur ébloui !), Al-Anka, Cheikh H’sissen ... ils ont laissé leur trace marquant à jamais une musique – née elle-même de la musique savante andalouse – avec un répertoire qui raconte la douleur cachée et l’humour particulier qui berce les vieilles nuits algéroises, les cafés chantants ou les soirées des mariages réservées aux hommes certes mais que les femmes écoutent, cachées derrière les lampions.

Le mandole règne en souverain que le piano, le violon et le banjo ne quittent pas. Jalousement étreint, il s’étale sous la tendresse du musicien et envoie son message au ciel penché sur la muse qui s’éveille... celle-ci habite Mamad Haïder Benchaouch (violon et l'enfant terrible de la famille Benchaouch, dont les origines andalouses se mêlent à celles des familles turques installées à Alger), Rachid Berkani ('Oud/Luth oriental, le prince des instruments), Robert Castel (violon), Abdelkader Chercham (mandole), Luc Cherki (guitare), Redha el-Djilali (mandole-guitare), Mohamed el-Ferkioui (accordéon), Maurice el-Médioni (pianiste qui travailla avec Lili Boniche et Salim el-Hallali), Abdelrahmane Guellati (banjo), Joseph Hadjaj (parolier mais aussi qui a plus d'une corde à son arc), Liamine Haimoune (mandole), El Hadi Halo (pianiste qui suit les traces de son père M'hamed El-Anka), Abdelmadjid Meskoud (mandole), René Perez (mandole-guitare) et Mustapha Tahmi (guitare).

Safinez Bousbia a été nommée meilleur réalisateur au Abu Dhabi Film Festival 2011 et le Prix FIPRESCI a été décerné à El-Gusto.

Un documentaire à voir, à "entendre"...


En salle depuis le 11 janvier 2012 :
7, place de la Rotonde, 75001 Paris - Horaires : 13:00/ 14:55/ 18:40/ 20:30/ 22:25
- Rex
1, bd. Poissonnière, 75002 Paris - Horaires : 16:10/ 18:10/ 20:10/ 22:10
8, rue de l'Arrivée, 75015 Paris - Horaires : 13:30/ 15:30/ 17:30/ 19:35/ 21:40
Avenue de la Longue Bertrane, 92390 Villeneuve-la-Garenne - Horaires : 16:00/ 18:00/ 20:15

jeudi 12 janvier 2012

L'artiste-peintre Joseph Matar : la montagne lumineuse




"L'alpha & l'oméga" - Joseph Matar
(avec l'aimable prêt de l'artiste).
Reproduction interdite.
S’il vous prend de rechercher ce qu’est la peinture libanaise aujourd’hui, il est un artiste-peintre dont l’art vous prend au cœur dans un envol de couleurs où pastels, aquarelles et ce bleu si tendre ravivent le regard lorsque vous vous penchez sur les eaux de la Méditerranée. Cet artiste n’est autre que Joseph Matar.

Joseph Matar vous donne l’envie de creuser les plis profonds de la spiritualité mais, aussi, de la beauté. Qu’elle soit nature ou humaine. Qu’elle soit pur esprit ou volutes brûlantes à l’image de « La Bonne Nouvelle d’après Saint Mathieu » ou de son « Alpha et Omega » avec ses Sept Triades (Sagesse, les périodes historiques, le Temps, Immaculée Conception)...

"L'annonce faite à Marie" - Joseph Matar
(avec l'aimable prêt de l'artiste).
Reproduction interdite.
Il n’est pas jusqu’à sa palette qui n’échappe à sa créativité avec cette multiplicité des couches de peinture la transformant en œuvre d’art comme « L’annonce faite à Marie », appuyée par son poème dédié à cette palette omniprésente dans sa vie créatrice : 

... « Et tu ne te révoltes pas,
Tu ne me refuses rien,
Tu te laisses faire,
Tu partages mes joies, mes douleurs
Tu t’associes à tous mes actes...
Les couleurs s’entassent sur ta douce peau et s’épaississent en reliefs anarchiques,
Envahissant ta lisse surface,
Réduisant le champ de bataille dans cette lutte continue...»

"Golgotha" - Joseph Matar
(avec l'aimable prêt de l'artiste).
Reproduction interdite.
Il fut l’élève du talentueux artiste Omar Onsi, disparu en 1969 après avoir laissé une œuvre impressionnante et auquel le Liban a rendu hommage en inaugurant sa statue à Beyrouth. Le travail de Joseph Matar fait honneur à un tel maître et, lui-même, il est un maître qui transcende sa pensée, rendant la lumière qui l’imprègne en une immensité de pastels, encres, aquarelles ou huiles.

Tout est prétexte à la luminosité et jusqu’à l’ombre qui n’a plus ses contours enténébrés : elle se transforme sous le regard de l’artiste, elle disparaît, laissant la place au bleu de la «Maison à Ehmej», aux touches fragiles de tendresse de ses «Amandiers fleuris» ou quand il fait disparaître la tempête sous la délicate aquarelle «Après l’orage»...

"Après l'orage" - Joseph Matar
(avec l'aimable prêt de l'artiste).
Reproduction interdite.
Joseph Matar nous fait nous asseoir au seuil de la maison dans la montagne libanaise, il nous fait saluer le soleil à l’heure du lever comme à l’heure du coucher, il nous fait nous agenouiller devant la gloire de la nature dessinée par son Créateur que le peintre salue à chaque heure de sa vie : il ne l’oublie pas, il le remercie et dans cet élan, il partage avec vous ce qui lui est donné de voir au-delà du simple trait, au-delà de l’image la plus élémentaire...




vendredi 6 janvier 2012

Paris : Les printemps arabes au Tarmac


 

Communiqué de presse

LES PRINTEMPS ARABES AU TARMAC : 

RENCONTRES, DÉBATS...

Deux événements en entrée libre
(sur réservation au 01 43 64 80 80)

Samedi 7 janvier - 19h // Entretien, lecture-spectacle, dédicace

Bernard Magnier reçoit Lamia Berrada Berca, auteure de Kant et la petite robe rouge.

Lamia Berrada-Berca
est née en 1970. De l’héritage légué par ses parents, au croisement d’un grand-père suisse-écossais et d’un autre arabe, d’une grand-mère française et d’une autre berbère, subsiste, comme un phare, la langue française.
Lecture-spectacle Kant et la petite robe rouge par Nanténé Traoré sous le regard complice de Véronique Vellard.

Lundi 9 janvier - 20h // Débat "Révolution, un mot féminin"
Modération Marina Da Silva, journaliste au Monde Diplomatique.

Avec Elisabeth Daldoul (Tunisie), directrice des Éditions Elyzad à Tunis, Souad Belhadad (France-Algérie), écrivaine, journaliste, comédienne, Lamia Berrada Berca (Maroc), auteure, Hala Alabdalla (Syrie), réalisatrice, Alice Cherki (Algérie), auteure et psychanalyste, collaboratrice de Frantz Fanon, Safaa Fathy (Egypte), poétesse, cinéaste et philosophe, et en direct tout au long de la soirée : les dessins de Seit Eddine Nechi du Collectif Bande de BD.

Ces manifestations sont organisées avec le soutien financier de la Région Ile-de-France
Le Tarmac – La scène internationale francophone
159, avenue Gambetta – 75020 Paris

mercredi 4 janvier 2012

Le prix Alioune Diop 2011 décerné aux éditions Elyzad


Les éditions Elyzad ont reçu le prix Alioune Diop 2011 au cours de la Foire internationale du Livre de Dakar qui s'est tenue du 17 au 22 décembre 2011.

Créé par l'Organisation internationale de la Francophonie, le prix Alioune Diop, du nom du fondateur de la maison Présence africaine, "récompense un éditeur s'étant illustré dans la qualité de sa production".

Les éditions Elyzad ont été récompensées par le jury parmi une quinzaine de maisons d'éditions en provenance de la Côte-d'Ivoire, du Niger, du Sénégal, du Togo et de la Tunisie.

La jeune maison tunisienne lancée, en 2005, par Elisabeth Daldoul connaît une montée spectaculaire grâce une politique éditoriale soucieuse d'esthétique dans l'écriture et qui regroupe de belles plumes comme, par exemple, Tahar Bekri, Maïssa Bey, Djilali Bencheikh, Sophie Bessis, Ali Bécheur, Yamen Manai ou encore Théo Ananissoh et Kamal Ben Hameda.

Elisabeth Daldoul représentera sa maison, à Paris, courant janvier et février :

- mardi 10 janvier 2012, 18h : rencontres autour du thème "La Tunisie, un an après", avec Yamen Manai - Librairie Orphie - 5, rue Victor Cousin - Paris 5ème.
- mercredi 11 janvier 2012, 19h15 : "Apérilivres" avec Elisabeth Daldoul - Le Tarmac - 159, avenue Gambetta - Paris 20ème.
- samedi 28 janvier 2012, 15h : avec Leïla Sebbar - Librairie La Traverse - 7, allée des Tilleuls - La Courneuve (93).
- mardi 3 février 2012, 18h30 : rencontre-dédicace avec Ilf-Eddine, auteur de "La dernière ronde" - Librairie Le Rideau rouge - 71, rue Riquet - Paris 18ème.

Pour connaître l'ensemble de ces rencontres, se rendre sur le site : http://www.elyzad.com


popstrap.com cookieassistant.com