Expositions incomming

dimanche 22 juillet 2012

Clin d'oeil : Ali Podrimja n'est plus



Le poète albanais Ali Podrimja est décédé alors que se déroulait le festival Voix de la Méditerranée de Lodève.

A peine a-t-il fait entendre sa voix aux poètes et participants présents à Lodève et qui n’avaient jamais eu l’honneur de le rencontrer, qu’il est parti pour le long sommeil sans que l’on ait eu assez de temps pour dialoguer - malgré la difficulté de la langue - avec lui parce qu’il est une grande voix de la culture poétique européenne et universelle.

Les poètes d’Europe et tous ceux qui l’ont lu, l’ont rencontré et écouté, ont une pensée pour cette poésie à l’écriture plus que contemporaine car elle traversera les temps et ne connaîtra jamais le silence de l’oubli. Ali Podrimja fut apprécié dans sa contrée, par la diaspora albanaise  et, tout récemment encore en Belgique puisqu'il fut l'invité, en juin dernier, de la Maison de la poésie de Namur. 
Il lui a été rendu hommage par l’un des siens dans une anthologie de la poésie albanaise traduite et éditée par Robert Elsie et Janice Mathie-Heck. Parue aux Etats-Unis sous le titre de Lightning from the Depths / La foudre des profondeurs, une anthologie de la poésie albanaise (Northwestern University Press, Evanston, Illinois, 2008), l’anthologie regroupe plus d’une dizaine de poèmes traduits d’Ali Podrimja parmi lesquels Ghazal ; La maladie de ma famille ; L'horloge morte ; Et vous Morte ; La mort était plus rapide ; La prairie.
En 2000, les éditions Cheyne ont publié, en édition bilingue, Défaut de verbe (traduit de l’albanais par Alexander Zotos).

Un poème pour la route

Solitude
le monde est resté là

planète d’exil

fine fleur du silence
épée pointée

sur l’iris de la lumière

il fuse des éclairs
(Trad. Alexander Zotos)


Œuvres d’Ali Podrimja

Appels (1961)
Les mouchoirs des salutations (1963) 
Le jeu sous le soleil (1967) 
Jolie douleur (1967) 
Sampo (1969) 
Le torse (1971) 
L’ombre de la terre (1971) 
Le Verbe (1973)
Credo (1976)
L’Equilibre (1981)
Lum Lumi (1982) 
Sourires dans la cage (1994)



lundi 16 juillet 2012

Prix des 5 continents de la francophonie : Lamia Berrada-Berca dans la sélection 2012


La romancière marocaine, Lamia Berrada-Berca, est sélectionnée parmi dix auteurs sur un total de 95 pour le Prix littéraire des 5 continents de la Francophonie 2012.
Son livre Kant ou la petite robe rouge est en lice pour le prix organisé par l'Organisation internationale de la Francophonie.

Un livre dont l'écriture qui se projette dans l'économie des mots mais qui vous balance une émotion en douceur, avec une justesse dans l'écriture qui vous fait lire d'un seul trait Kant ou la petite robe rouge, qui vous reste dans la mémoire... (voir notre article http://arabianpeople.blogspot.fr/2011/04/lamia-berrada-barca-quand-le-rouge-nest.html). 

La romancière marocaine vient de publier également un second roman chez le même éditeur, Une même nuit nous attend tous.

Kant ou la petite robe rouge de Lamia Berrada-Berca
- soit à la Fnac,
- soit à La Cheminante, l'éditeur : http://www.metaphorediffusion.fr/index.cfm
- Pollen Littéral Diffusion (pour la Belgique, Suisse et le Canada) : http://www.pollen-diffusion.com/
.

samedi 14 juillet 2012

Le mot de la Rédaction

Comme chaque été, Arabian People & Maghrebian World assure une permanence durant les congés annuels.
Bonnes vacances à tous !
La Rédaction

Tunisie : festivals de Boukornine, Carthage et El Jem


Comme chaque année, en cette période, c'est la ronde des festivals. Arabian People & Maghrebian World a retenu, outre le festival international de Baalbeck (voir rubrique en page d'accueil), trois grandes manifestations se passant en Tunisie.

Festival de Boukornine (Tunisie)
Commencée le 12 juillet 2012, la 33e édition du festival de Boukornine a pris la décision, cette année, de destiner les recettes des représentations au financement d'une action citoyenne.

Programme
12 juillet : ouverture Hommage à Hedi Guella avec Mohamed Bhar, le groupe Wajd, Donia Ben Ammar, Sghaier Aouled Ahmed, Jamel Guella
Projection de deux courts-métrages : Hedi Guella à travers ses chansons, un film de Khaled Barsaoui et Transe, un film de Rochdi Belgacem.
15 juillet : Marcel Khalifa (présent aussi au festival de Carthage).
18 juillet : Pourquoi moi ? d’Amine Chihoub et Intouchables d’Olivier Nakache et Eric Toledano.
21 juillet : soirée de fin d’année du conservatoire d’Hammam-lif.
24 juillet : Métamorphose de Nejib Khalfallah et "Dima Dima" par Yasser Jradi.
25 juillet : spectacle de rue du groupe Fanni Roghman Anni, encadré par Ayoub Jawedi.
28 juillet : théâtre avec la pièce El Amal de Raja Ben Ammar.
31 juillet : concert de Kamila Jubran.
4 août : concert de Zohra Lajnef.
7 août : Fleurs de sable, spectacle des réfugiés du camp Choucha et un spectacle de Mounir Troudi.
10 août : concert de Nacir Chamma.
12 août : Cinéma dont Parole rouge, du cinéaste Elyes Baccar et en sa présence.
14 août : Concert du Trio Jubran (également en concert au festival de Carthage).


48e édition du festival de Carthage (5 juillet-15 août 2012)
Au théâtre romain de Carthage.

Temps forts du festival 

- 14 juillet : Marcel Khalifa (Liban)
- 17 juillet : Ballet russe – Ballet Bolero de Ravel
- 18 juillet : Ballet du Théâtre de l'Opéra de Rome
- 19 juillet : Kadhem Esseher
- 20 juillet : Spectacle d’artistes chinois
- 21 juillet : Liz McComb et The Horns : La passionaria du gospel
- 24 juillet : Alpha Blondy et Ahmed El Mejri (Côte d'Ivoire/ Tunisie)
- 25 juillet : Ridha Chmak
- 26 juillet : Troupe Al Assayel et Al Achiqin (Syrie)
- 28 juillet : Ramy Ayach et Wael Jassar
- 29 juillet : Houcine Ameur (Ifrit)
- 31 juillet : Mika (USA)
- 03 août : Najoua Karam et Ragheb Alama (Liban)
- 04 août : Amel Maher et Hani Chaker (Egypte)
- 06 août : Nacir Chemma (Irak)
- 07 août : One Foundation Crew On a Tribute to Bob Marley et Tiken Jah Fakoly
- 10 août : Asala Nasri (Syrie)
- 12 août : Soirée de la poésie arabe et concert du Trio Jubran (Palestine)
- 13 août : Faycel et Lamya Riahi
- 15 août : Clôture avec les Dervishes de Dhafer Youssef (Tunisie)



Festival El Jem

Le 27e festival international de musique symphonique d'El Jem a choisi cette année comme thème ''El Jem fête sa symphonie''. Depuis le 30 juin dernier et cela, jusqu'au 17 juillet 2012, la programmation a donné un élan exceptionnel, à l'image des autres festivals qui ont lieu en Tunisie, comme pour marquer d'une pierre l'effervescence qui règne partout dans le pays. 

On note la participation de l'Orchestre symphonique de Rome - ce qui est une première en Afrique et dans le monde arabe - de l'Orchestre philharmonique des jeunes arabes et du compositeur-interprète libanais Marcel Khalifa.

mardi 10 juillet 2012

66e festival d’Avignon : théâtre et ballets nous donnent rendez-vous


Le festival d’Avignon a ouvert, samedi 7 juillet dernier, ses portes. Une programmation pleine de promesses, de découvertes et de rencontres, qui se prolongera jusqu’au 28 juillet 2012.

On retient trois belles représentations qui sont à voir absolument.


33 tours et quelques secondes
Lina Saneh et Rabih Mroué (Liban) mettent en scène un théâtre plongeant dans l'histoire du Liban et ses contradictions.
On est ainsi éloigné de toute fiction, du tout imaginaire. Malgré le réalisme des personnages représentés, l'ambiance de la capitale transformée en un immense cratère, Lina Saneh et Rabih Mroué ne s'éloignent pas pour autant de tout "sens" artistique. Bien au contraire, ils ont ce pouvoir de jouer des combinaisons où la cruauté d'une période sanglante, où les ruines de guerre se sont transformées en une cicatrice d'une beauté terriblement poignante. Un tout indivisible que les Libanais fréquentent depuis plusieurs décennies : la rencontre avec la mort. Dont ils essaient de se défaire par les chemins d'une pensée de l'esthétique à l'image de 33 tours et quelques secondes. Un titre pas si anodin que cela...


Puz / zle
Le chorégraphe belgo-marocain Sidi Larbi Cherkaoui joue en toute aisance avec les corps, intégrant dans leur gestuelle ce qui fait sa bivalence : le Maroc de ses proches et la Belgique de son vécu aujourd'hui. Musique populaire, chants sacrés, danse contemporaine se nouent pour devenir une expression universelle. Tout cela fait une recherche poussée, par la théâtralité et la danse, d'univers rencontrés au cours d'un parcours joignant le Passé et le Présent de cette bivalence du chorégraphe.
Puz / zle sera diffusé, le 14 juillet 2012, sur ARTE.


Le Trait
Le cercle. La nuit. Le coeur et l'oubli
Nacera Belaza offre un spectacle de presque immobilité du mouvement, avec un regard d'orage que ses racines algériennes poussent à voir plus loin, avec une grande exigence dans la perception de ses univers.
Déjà, au festival d'Avignon de 2009, elle a donné un superbe aperçu d'une chorégraphe/ danseuse avec Le Cri qu'elle a présenté en duo avec sa soeur Dalila Belaza


Festival d'Avignon
Renseignements : +33 (0)4 90 14 14 60
Site : www.festival-avignon.com



popstrap.com cookieassistant.com