Expositions incomming

lundi 24 juin 2013

Festival de Jerash : des changements dans la qualité




Les organisateurs de l'édition 2013 du grand Festival de Jerash (Jordanie), se proposent de présenter une meilleure vitrine de la culture du Proche-Orient arabe : le qualitatif des représentations et la réflexion autour de l'édition pour faire en sorte qu'il y ait un "pont de communication".
Le festival intègre aussi dans sa programmation la célébration du 50ème anniversaire de l'indépendance de l'Algérie
Dans la programmation, on note la présence de la Ferqat Al-'Achiqine Felistine et de l'ensemble marocain Ibn 'Arabi de musique andalouse.
Le centre culturel royal accueillera également un certain nombre de poètes.

mardi 4 juin 2013

Nadia Sebkhi pour qui Césarée pleure le plus souvent

Nadia Sebkhi, poétesse algérienne, nous offre une dimension surprenante avec son roman Les sanglots de Césarée. Le mystique et le sensualisme se côtoient, appuyés par le poème - que l'auteure n'oublie jamais - mais brutalisés par le réel que vit la société algérienne, perdue dans le labyrinthe de ses tourments, la trivialité de ses désirs.
Les sanglots de Césarée vous désarçonnent car, à chaque instant, surgissent les monologues des personnages de Lyna, Hadi et Rasha agitant votre perception de la réflexion dite ici, sans retenue aucune, sans censure. Est-ce un journal intimiste, un roman, un poème que ce livre qui dévoile une part profonde des pensées de Nadia Sebkhi ? On est tenté de l'affirmer mais on n'ose même si, par ailleurs, la poésie de Nadia Sebkhi nous le confirme. 

L'émotionnel est à fleur de mots, à fleur de peau, myriades de chemins qui transcendent la problématique mystique du roman. Le lecteur va de l'un à l'autre. Avec les mots de Rasha : "Sa seule confidence était sa feuille blanche. Elle écrirait son ardeur impossible. Sa renaissance. Ce désordre dans sa vie", avec ces paroles du Mahatma Gandhi : "Puisque notre sort, ici-bas, est de souffrir puis de mourir / Ne devons-nous pas souhaiter de rendre le plus tôt possible à la terre notre corps misérable ?"

Quel questionnement ! La renaissance de soi et la fin du soi physique. Dans le même réceptacle de pensées : le désordre/chaos; la souffrance/mourrance. Rasha souhaite la renaissance, Gandhi voit l'infinitésimal au-delà de la terre qui retient, éphémère demeure de la vie mais éternelle demeure de "notre corps misérable"...


Nadia Sebkhi, poétesse et romancière, a publié un recueil de proses, Un amour silencieux, et un recueil de poésie, Sous le voile de mon âme. En 2008, elle a fondé, à Alger, le magazine littéraire L'ivrEscQ.


Les sanglots de Césarée
Aux éditions L. de Minuit
Site : http://www.livrescq.com


popstrap.com cookieassistant.com