Expositions incomming

samedi 5 mars 2016

Vitrine de l’Orient, saga de la Maison Tarazi



Auteur de l’émotion, plus que de narrer une histoire, il me fallait chercher ce qui se dessinait derrière le nom de Tarazi qui était plus qu’un simple label de magasins, d’hôtellerie ou de meubles précieux. Non pas que je ne rende pas à César ce qui appartient à César. Si je me sens émue devant l’architecture de l’immeuble de La Samaritaine dont le fer forgé ouvragé me rapproche de mes souvenirs d’enfance lorsque je passe devant son jumeau colonial, l’actuel Musée d’Art Moderne d’Alger, tout de blanc vêtu et jusqu’à ses magnifiques boiseries vulgairement passées au blanc et ses rampes d’escalier forgées, cachées, ce cheminement du passé m’a menée aussi à une histoire dont j’ai hâte d’aller jusqu’au bout, en espérant la trouver au prochain Salon Livre de Paris. 
Avec Vitrine de l'Orient, l'histoire de la Maison Tarazi, fondée en 1862, Beyrouth ouvre un volet de son histoire citadine pour lutter contre la marée du mauvais goût et du mercantilisme sans élégance. Une histoire qui me restitue un savoir-faire et une intelligence qu’ailleurs l’on oublie également, et me transforme, moi, en une toute petite chose du Maghreb, regardant son beau jouet brisé par l’inaptitude à garder ce qui fut ses richesses et par la désolante progression d’un univers qui avance, certes, mais qui avance mal... Ainsi que l'avait écrit un certain auteur, autant en emporte le vent...
F. C-A.

« Cet ouvrage restitue la saga d’une famille qui a fait de l’Orient son fonds de commerce. Antiquaires, éditeurs de cartes postales, ébénistes, hôteliers, les Tarazi ont été portés tout à tour par l’engouement de l’Occident pour l’Orient, la mode des voyages du début du XXe siècle, le développement de la photographie, l’essor du tourisme et, enfin, la renaissance du Liban de l’après-guerre. Les différentes facettes de leurs activités reflètent certains des plus beaux épisodes de l’histoire du Moyen-Orient qu’il nous soit donné de contempler. » (Éd. de la Revue Phénicienne)

Camille TARAZI est né à Beyrouth en 1974. Architecte de formation, il « intègre l’entreprise familiale spécialisée dans la création et de l’exécution de boiseries et meubles orientaux en 1996. Parallèlement à son activité, il se lance dans des recherches généalogiques pour tenter de cerner les facettes des différents métiers exercés par ses aïeux et qui avaient toujours l’Orient comme source d’inspiration. »
Vitrine de l’Orient a été co-écrit avec Tania Rayes Ingea-Rayès, elle-même co-auteur avec Gabriel Rayès, du livre de photographies Le centre-ville de mon père, également publié par les Éditions de la Revue Phénicienne (voir notre article paru le 11 novembre 2011).


mardi 1 mars 2016

Vernissage : le 8 mars vu par Farid Benyaa


Après l'Algérienne au voile blanc renouant avec l'ancestralité et le sublime portrait de Dassine, la poétesse amoureuse du Hoggar, l'artiste-peintre Farid Benyaa nous ouvre les portes de sa galerie au style épuré pour une exposition de portraits d'Algériennes, leur rendant hommage sous les traits de son imaginaire.

Dassine,
"Ô pur visage dont l'éclat traverserait un voile épais, ô Dassine, ton cousin, fils de la soeur de ta mère, Moussa Ag-Amastan, te demande de lui permettre de prendre part à la réunion poétique et galante que tu vas présider ! Personne n'a jamais vu son visage. Personne n'a jamais entendu chanter son coeur.
[...]
Ô Dassine, puisque ton imrad a chanté pour moi et puisque tu m'as permis de m'asseoir à tes pieds, permets-moi de te jurer que tu seras libre dans le jardin de mon coeur ! Ne crains donc pas que je veuille régner sur toi, on n'asservit pas une lionne ou un rossignol..."
(Poème de Moussa Ag-Amastan)



Galerie Farid Benyaa
4, rue de Picardie - Les Castors II
Bir Mourad Raïs - Alger
Tél. : (00 213) 21 44 76 65
Site : http://farid-benyaa.com/algerie_galerie_art.htm

popstrap.com cookieassistant.com