Le Livre du Mois





Les amants d'Alger
Manuel Cordouan

1947. Alger. Paul Quentin, jeune agrégé de philosophie, débarque du « Ville d’Alger » et retrouve la jeune femme dont il est amoureux, Myriam qui est retournée dans sa ville natale après ses études à la Sorbonne.
Être accueilli dans une famille juive d'Alger s'avère être plein de surprises et les parents de Myriam, Isaac et Esther, vont tout faire pour l'amener à se convertir au judaïsme car "la fille d'un Cohen n'épouse pas un goy.

Extrait
« Ils contemplaient maintenant un long boulevard à arcades sur lequel passaient des voitures, bordé par des immeubles de belles facture. Des cubes blancs descendaient des hauts de la Casbah. Paul distinguait la pointe de l'Amirauté et, plus loin, Notre-Dame d'Afrique. La ville était nimbée d'un léger voile de brume. Il songeait à l'explication d'un texte de Plotin à laquelle il avait assisté avant de quitter Paris. Ce philosophe du IIIe siècle après.»


Éditions De Borée (rachetées par Centre France-La Montagne)





Je puais le sang d'âne
Hafez Khiyavi

Un jeune homme doit tuer un âne pour gagner la main de la fille qu’il aime. L’épreuve tourne mal. Couvert du sang de l’âne, il se cache dans la grange du père, où il attend la fille. Quand survient le père, le jeune homme s’enfuit, en oubliant son portable sur place. 

Extrait
« J’ai oublié de te demander si tu le connaissais, ce mûrier. Je me suis contenté de te dire de venir tout près, là-bas. […] Un arbre solitaire, on pourrait lire : il y a bien un jardin devant, avec des saules, de peupliers de-ci de-là mais ils se trouvent de l’autre côté de la rivière ; de ce côté-ci, il n’y a que le mûrier.»

Traduit du persan par Stéphane A. Dudoignon


Serge Safran Éditeur
86, rue du Cherche Midi
75006 Paris
Tél. : 01 44 61 70 77


Site : http://www.sergesafranediteur.fr/










Aucun commentaire:

popstrap.com cookieassistant.com