mercredi 18 avril 2012

Jamila Abitar à la fenêtre de ses racines



A Marrakech, derrière la Koutoubia. Ouvrons le recueil ... l’ennui se dissolve, disparaissant « derrière la Koutoubia » de Jamila Abitar. En vain, cherchera-t-on la strophe qui dissipera la plongée dans les mots, en profondeur, se perdant dans « la voix du sable » et la « terre rouge » oubliée. Au fil des lignes, chaque détour nous fait revenir sur la pensée dite auparavant. L’enchantement bu au long des émotions de l’exil ou de la nuit souvenue se brise sur ce vers :

« Mes racines suspendues au crépuscule »

fait éclater, défragmenter les pleurs comme autant de résonances d’une âme sondant le ciel de Marrakech, la ville où l’on « pleure l’hirondelle qui ne sait où aller ».

Chaque virgule devient mot et chaque mot devient voyage. Chacun se pose, comme évanescent, comme un écho, mais qui ne peut se perdre ni s’oublier. La poétesse demeure transie d’affliction mais elle est tout aussi brûlante dans sa recherche à « donner corps à (son) existence » parce que

« La mort que j’ai vue me rend transparente ».

Jamila Abitar a mûri depuis son premier recueil Aube sous les dunes car, ici, dans ce recueil dédié à Marrakech, elle a appris « à faire de soi/ les autres » et livre une réflexion d’une qualité purifiée, d'une beauté dépouillée:

« Mesurer la parole jusqu’au revers de la plume
et raturer les lignes bavardes de legs sanglant. »

L’absence semble, là, écrite avec des mots fluctuant entre le rêve éveillé et la réalité songeuse. L’absence n’est pas un simple passage, déterminé par quelques lignes mais une émotion, un questionnement, une quête, dans le silence, d’un chemin connu, imprimé dans la rétine : la ville rouge-sable étend son ombre comme un frisson marquant la mémoire, tel un tatouage indélébile, faisant de la poétesse à jamais sienne car Jamila Abitar, au-delà de la Méditerranée, lui appartient toujours...

A Marrakech, derrière la Koutoubia » de Jamila Abitar
Editions Alfabarre

1 commentaire:

APEIRON editions a dit…

J'ai rencontré Jamila ABITAR et ses mots.
J'ai maintenant avec moi un tapis magique qui sait les chemins d'un ciel ou n'existe plus que la quintessence de l'amour de la vie.
D'un univers à venir et toujours existant que nous ne cesserons de créer au jour le jour ; dans l'instant des rencontres et des partages.
Pour nous et tous ceux qui viendront après nous.
Mille et un merci, mille et unes nuits lumineuses comme son sourire.
Yves

popstrap.com cookieassistant.com