Expositions incomming

jeudi 26 mars 2015

Maghreb et Monde arabe au Salon du livre de Paris 2015



Par Z. M.

… s’il nous était venu à l’esprit de nous rendre au salon du livre de Paris, nos pas nous auraient invariablement dirigés vers les stands du monde maghrébin et arabe. Seulement voilà, côté algérien, ce fut du neuf avec du vieux pour certains ouvrages, comme les beaux livres, (Laghouat la saharienne, Tlemcen ou Constantine, cités pleines d’histoire). Des livres sur l’émir Abdelkader, sur la guerre d’Algérie, sur la politique. Des romans, bien sûr, des poèmes comme d’habitude, mais cette fois-ci pratiquement pas de bandes dessinées. Quelques livres de contes pour enfants et des livres de recettes en veux-tu en voilà !
Une nouveauté toutefois : des classiques réédités par des maisons d’édition algériennes, comme Le petit prince, Notre-Dame de Paris, L’appel de la forêt ou la Princesse de Babylone de Voltaire, pour ne citer que ceux-là pour le prix de 15 €, une fortune en Algérie alors qu'ils sont en format de poche et que l'on peut trouver ces livres pour à peine 2 €, voire les télécharger gratuitement sur des sites...
Il y avait bien des livres édités par Barzakh mais rien de transcendant. Est-ce la décision de cette maison d’édition lorsqu’on sait qu’elle a publié d’assez bons livres comme Trop tard, un recueil d’excellentes nouvelles d’Hajar Bali, Le remonteur de l’horloge, un savoureux petit roman d’Habib Ayyoub pour ne citer que ceux-là ? Quoique ces livres datent quelque peu et laissent plus la place – encore ! – aux beaux-livres. 
La maison d’édition Dalimen (Algérie) a créé une maison d’édition à Paris, représentée par un petit stand indépendant du grand stand de l’Algérie et où l’on trouvait des ouvrages consacrés à la langue tamazigh.
Par ailleurs, Kamel Daoud a dédicacé son livre Meursault contre-enquête au stand des éditions Actes Sud mais l’édition algérienne de ce roman ne se trouvait pas sur le stand de l’Algérie. Amin Zaoui, qui avait dédicacé son dernier roman Le miel de la sieste paru aux éditions Barzakh, au Maghreb du Livre en février dernier, n’était pas présent, en revanche, au salon du livre.
Un petit bémol, en ce qui concerne les livres. À part les beaux-livres, et encore pas toujours, la qualité du papier et de l’impression laissent beaucoup à désirer. Et cette mauvaise qualité ne donne simplement pas envie de lire ces ouvrages.
En ce qui concerne les stands marocain et tunisien, ils n’étaient guère plus riches ou plus diversifiés
Quant aux éditeurs du Moyen-Orient arabe. Que dire ? Tout d’abord, le stand de l’Arabie Saoudite était « indécent » par sa taille, dans la mesure où il n’y avait aucun ouvrage « culturel » que la personne férue de bons livres est en droit d’attendre. Les mêmes ouvrages étaient multipliés à l’infini. Beaucoup de « beaux » livres, des Corans, des ouvrages religieux ou sociologiques, mais rien qui nourrit vraiment l’esprit ou l’enrichit (nonobstant le volet spirituel). Le seul endroit où les gens étaient en file d’attente, c’était les tables où des calligraphes écrivaient gratuitement les prénoms à la demande. Purement ludique, sans plus. Le stand du Qatar n’était pas mieux nanti et les ouvrages ne différaient pas beaucoup de ceux de l’Arabie Saoudite. Celui d’Oman présentait plutôt des ouvrages centrés sur le tourisme et l’histoire et il faut s’accorder à dire que les représentants étaient si sympathiques qu’ils vous faisaient oublier ce « vide » littéraire dans le sens vrai du terme ! Le Liban (sous l’égide du ministère de la Culture) portait surtout la griffe de Tamyras, maison d’édition en ascension, dont les titres présentent des domaines variables, allant du livre grand public au roman comme Celle que tu es devenue de Nayla Aoun Chkaiban
La frustration demeure car ce ne sont pourtant pas les auteurs qui manquent. Quand bien même l'éducation livresque laisserait à désirer. L’écriture est logorrhée chez les romanciers et les poètes et ce n’est guère la faute du Salon du livre de Paris ! Alors, pourquoi cette absence et, surtout, cette disette de la vraie littérature, pour seulement faire place à des rééditions d'ouvrages historiques, touristiques, culinaires, dénués de toute critique et d'analyse ou tombés dans le domaine public car ne coûtant aucune roupie à certains éditeurs - il faut dire que l'impression coûte une fortune au Maghreb ?

Bien évidemment, l’on connaît les raisons profondes. Le livre est danger, le roman et la poésie sont danger, l’écrivain est danger car c’est par lui que vient la libération de la pensée… 


mercredi 25 mars 2015

Clin d'oeil : Hélène Belin expose








Ainsi que le note Laurence Mauguin qui accueille, en sa maison d’édition, l’artiste-peintre Hélène Belin, il y a couleurs dominantes nuancées de poésie chez l’artiste. En effet, chaque dominante emprisonne la lumière qu’elle veut bien donner dans l’instant, tel un «Echo» où le jaune est travaillé de telle sorte qu’il n’est pas dans la platitude, ou encore, cette «Variation sur fenêtre» jouant sur le paradoxe, tout en finesse émotionnelle, discrète dans ces touches-poèmes qui entraînent le regard pour aller vers plus de profondeur et, ainsi, aller à la rencontre d'une «Aube» tendre, tout entière teintée de réserve à interroger...




Exposition du 1er au 18 avril 2015
V
ernissage : mercredi 
1er avril 2015 - 18h30 à 20h30

Editions L. Mauguin
1, rue des Fossés-St-Jacques - 75005 Paris
Site : www.editionslmauguin.fr
popstrap.com cookieassistant.com